Comment dynamiser les cœurs de villes moyennes ? C’est la question à laquelle Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, a tenté de répondre hier en présentant le plan « Action cœurs de villes ».
Partant du constat que de nombreux centres villes ont été victimes ces dernières décennies de la perte de leur population et d’une dévitalisation avec fermeture de nombreux commerces, le gouvernement cherche les moyens d’inverser la tendance.

Un plan à 5 milliards d’euros

C’est ainsi qu’un plan sur le quinquennat doit réunir au total 5 milliards d’euros pour accompagner la revitalisation ( dont 1 milliard d’euros de la Caisse des dépôts en fonds propres, 700 millions d’euros en prêts, 1,5 milliard d’euros d’Action logement, 1,2 milliard de l’Anah, l’Agence nationale de l’habitat) de 222 villes sur tout le territoire.
Un réseau qui compte puisque représentant 30 % de la population et s’appuyant sur des bassins de vie qui irriguent profondément la ruralité. Le plan appuiera des actions comme la création de maisons de santé, le développement de projets de mobilité urbaine, la réinstallation de commerces de proximité, la dynamisation des places publiques, la rénovation de logements, l’accompagnement de travaux sur le paysage urbain, l’accompagnement d’installation de jeunes entreprises, l’aide à
l’ingéniérie pour les communes, etc.


En région Centre-Val de Loire, les villes suivantes ont été retenues dans le programme : Vierzon, Bourges (Cher);  Dreux, Chartres, Nogent-le- Rotrou (Eure-et- Loir); Châteauroux, Issoudun (Indre); Chinon (Indre-et-Loire); Blois, Romorantin, (Loir-et-Cher); Gien, Montargis, Pithiviers (Loiret).